Témoignages

L’EFT, MA PORTE DES ÉTOILES

 Vers 2008 j’assiste à une conférence de Patrice qui présente l’EFT de façon simple et claire, nous nous permettant d’essayer par quelques rondes avec le groupe. Il m’est facile de m’y plaire. Je suis réceptive, avertie des principes énergétiques de la tradition chinoise et me laisse déjà inspirée par des saveurs de quantique laissant s’effondrer la convention linéaire de l’espace et du temps.

Je suis remplie de foison de ressources alternatives reçues de mon
environnement, qui nourrissent des échos sourds en Moi. Je suis alors bien
ficelée par mes conditionnements, prisonnière de mes carcans. Je me bats
avec mes émotions, chaque jour. Je subis ma vie. Aveugle à mes violences,
je viens consulter Patrice avec une liste de doléances contre ma vie.

En quelques séances, j’ai accueilli et harmonisé mes émotions, et connecté avec un bien être intérieur qui m’a redonné du plaisir existentiel, ressenti physiquement mais une force d’âme, encore trop verte pour la conscience, avec ces larmes vibrantes qui font avancer même si ça secoue. Car les rondes sont intenses, fluides, lumineuses.

En trois rendez-vous Patrice me transmet la confiance pour que je puisse mener les rondes de façon autonome. Il m’aide à retrouver mon chemin et m’invite à le
parcourir avec cet outil en soutien. Tous les supports sont accessibles sur
les réseaux.

J’ai le goût de la pratique, alors je choisis de me former aussi avec Patrice au sein d’un petit groupe le temps d’un week-end. Je suis alors dans une perspective où je peux m’intéresser aux possibles innombrables de la méthode.

La rencontre avec Patrice fut pour moi le cadeau de l’EFT.

Le cadeau au monde de la part de Gary Craig, cette intention que chacun ait
accès à un outil d’aide formidable, quelles que soient ses appartenances,
et j’ose écrire quelles que soient ses souffrances.

Le cadeau d’être au monde de Patrice, sa force au-delà des apparences
rassurantes et apaisantes lorsqu’il se laisse traverser par la grâce qui
concerne celui qui le consulte.
Le cadeau à soi de l’EFT.

En 2012 mes pauses déjeuner sont faites de temps disponible et je suis
faite d’un espace fait de vrac que j’habite plus ou moins confortablement. J’utilise chaque jour cet outil durant plus d’une année.
Certes une routine mais aussi une hygiène, la gratification de me sentir de
mieux en mieux en relation en moi.

La danse m’est agréable et je m’y sens à l’aise. Je traverse les états avec
des prises de consciences immédiates qui apaisent mon mental et
construisent de la cohérence. Je m’acclimate à moi. Ce n’est pas linéaire
mais c’est cependant structurant. Le mouvement des métamorphoses est rapide
mais cependant la compréhension reste.

Passé le cap des symptômes, la pratique de l’EFT me fait voyager à travers
un univers intérieur immense, avec là quelques nœuds ou aiguillages, là
quelques constellations, quelques galaxies à explorer. Je suis sidérée à
l’instant de la découverte mais ces espaces se révèlent être d’une
familiarité absolue, des dimensions du Soi.

J’incarne au fil du temps de mieux en mieux la réalité que ce ne sont pas
les circonstances qui décident mais moi, de l’instant où je le fais. Ça
change tout ! Depuis ce lieu en Soi, de très nombreux outils me sont
devenus fonctionnels.

En 2013 d’autres circonstances dans mon histoire émergent après cette
période assidue. Depuis, l’EFT fait partie de ma boîte à outil.

Au détour du chemin, j’ai transmis la technique de l’EFT plusieurs personnes,
ravie de le faire avec l’espoir que la graine pourra vivre.

Aujourd’hui ce que j’aime le plus, lorsqu’un prétexte m’invite à danser quelques rondes, c’est sans jamais savoir quoi d’avance, ce que j’y rencontre, la saveur de ce vécu, la surprise lorsque ça apparaît, la sensation d’ouverture… et de réconciliation.

Merci.

Sara 2022

PEUR DU DENTISTE

Une de mes élèves de mes formations EFT, assistante dentaire, m’a un jour appelé pour m’adresser un patiente atteinte d’une phobie du dentiste.
J’ai reçu cette personne qui m’a expliqué qu’elle avait un besoin urgent de soins dentaires mais qu’une expérience malheureuse dans sa jeunesse avait provoqué une peur panique du dentiste.

Vers ses 5 ans, une rage de dents durant un weekend l’avait conduite à un praticien mécontent du dérangement et qui l’avait maltraitée dans sa précipitation en « bâclant le travail » selon ses paroles.
Nous avons utilisé dans la séance le souvenir de sa souffrance et de sa peur du dentiste jusqu’à disparition au bout d’une quinzaine de minutes. L’intensité de peur était réduite à zéro !

Elle m’a annoncé qu’elle était prête à prendre rendez-vous avec son dentiste et je l’ai encouragée à le faire en ma présence. Ce qu’elle a fait avec assurance.

Le lendemain de son rendez-vous, mon élève assistante dentaire m’a rappelé en m’indiquant que le jour de l’intervention du dentiste, un effet inattendu s’est produit, elle manifestait un réflexe vomitif dès qu’on introduisait quelque chose dans sa bouche ! Le dentiste a eu la présence d’esprit de consulter un précis de dentisterie homéopathique et lui a prescrit quelques granules de Nux Vomica le soir et le matin de la prochaine intervention. Il a pu ainsi soigner la patiente sans difficulté.

Ce réflexe vomitif aurait très bien pu être traité dans la séance d’EFT s’il avait été soulevé, mais la patiente n’en avait pas conscience, n’ayant pas consulté de dentiste depuis sa petite enfance en raison de sa peur.

Patrice

PROBLEME D’INFERTILITE DE ROSE-LYNE

J’avais envoyé un courriel à Patrice pour demander de l’aide pour avoir un enfant. Sachant qu’il n’y avait pas de problème médical diagnostiqué et que j’avais déjà procédé à deux fécondations assistées, qu’une troisième et dernière était planifiée et que les suivantes seraient très onéreuses à ma charge selon la la prise en charge en Suisse.
Je suis allé rencontrer Patrice et nous avons débuté une séance d’EFT. Dès le début, Patrice m’a interrogé sur le fait que, si en tant que future maman, j’aurais une raison contradictoire qui pourrait m’empêcher d’avoir un enfant.  J’ai immédiatement répondu « C’est qu’il soit élevé comme je l’ai été ! ».

Nous avions donc un point de départ relativement précis et nous avons débuté une séance d’EFT sur mes relations avec mes parents, en abordant les différents aspects qui se présentaient.
A la fin de la séance, j’étais beaucoup plus sereine vis à vis de mes relations avec mes parents.

Deux semaines plus tard, j’ai découvert que mon test de grossesse était négatif.  J’ai communiqué la nouvelle à Patrice qui m’a encouragé à garder confiance et à penser et ressentir chaque soir en m’endormant l’accueil plein d’amour que je donnerai à ce futur bébé. Quelques jours plus tard, après un nouveau test, j’étais enfin enceinte !  J’ai téléphoné à Patrice pour lui annoncer avec grande joie, émotion et soulagement. Un merveilleux petit garçon est venu au monde neuf mois plus tard.

R.

PHOBIE DE L’AVION

En tant que voyageur à l’étranger, j’ai souvent été confronté dans les terminaux d’aéroport avant un vol à des personnes paniquées à l’idée de prendre l’avion.

La première fois que cela s’est produit, il s’agissait d’un garçon dans la vingtaine, en sueur et agité, à qui je me suis adressé pour vérifier ce qui le perturbait. « La phobie de prendre l’avion !! » a-t-il répondu. Je lui ai proposé de le libérer de cette phobie avant le départ, avec une technique basée sur les points d’acupuncture. Il m’a répondu qu’il était d’accord, ayant un esprit ouvert aux approches alternatives.
Nous avons fait 3-4 rondes sur cette peur pour arriver à sa disparition en moins de 5 minutes. Le garçon était transformé, souriant et détendu. J’ai voulu tester la solidité du résultat, car c’était la première fois que je pratiquais l’EFT sur une telle phobie. Je lui ai parlé des accidents au décollage lors de l’accélération de l’avion, généralement très graves, en secouant sa chaise pour imiter les vibration d’un avion en perte de contrôle mais aucune réaction à part des éclats rire ! J’ai également simulé un atterrissage en catastrophe mais aucune réaction de peur du garçon ! La phobie avait bien été éliminée.

J’ai eu plusieurs occasions ultérieures d’offrir les mêmes séances.
Ceci dit, on me dira que je n’ai pas vu concrètement les personnes monter dans l’avion… Mais j’ai pu constater un avant et un après la séance avec la disparition de tout stress.

Or la dernière intervention de ce genre s’est produite dans l’habitacle de l’avion avant un départ pour Venise. Ce dernier avait plusieurs minutes de retard et mon compagnon m’annonce « Tu vois devant, la fille a une phobie de l’avion ! » et il me montre une jeune fille debout, agitée et agrippant une hôtesse.
Je me suis rendu vers elles, ai indiqué à l’hôtesse que j’étais en mesure d’aider cette jeune fille. L’hôtesse m’a demandé : « Vous êtes médecin ? » et j’ai répondu avec assurance : « Non, mais c’est beaucoup mieux ! ».
J’ai demandé à la jeune fille comment elle décrivait son problème : si c’était une peur, une angoisse, une phobie… Elle a répondu « J’ai la phobie de l’avion et j’ai pris 4 comprimés de Xanax (un anxiolytique courant) ce matin ». Je lui ai demandé d’évaluer l’intensité de sa phobie sur une échelle de 1 à 10, elle a répondu 1000. Je l’ai invitée à boire une gorgée d’eau pour la séance, ce qui permet à l’énergie de bien circuler.
Nous avons commencé par une ronde sur « cette phobie de l’avion » pour descendre à une intensité de 8, une seconde ronde est parvenue à 6 puis au milieu de la ronde suivante, un nouvel aspect de sa peur est apparu : la peur de tomber. Avec une intensité à 10.
Au bout de deux rondes sur cette dernière peur, un autre aspect a surgit : la peur d’imploser à 10. Trois rondes sur cette dernière peur ont abouti à un « ça va ! » de sa part. Je suis resté assis à côté d’elle jusqu’à la fin du décollage en constatant qu’elle restait sereine.
De retour à ma place, durant le vol, son petit ami me faisait signe avec le pouce levé, ce qui confirmait la réussite de la séance.
Cette expérience m’a confirmé que même dans des circonstances de panique, face au danger, une séance d’EFT reste efficace.
La cerise sur le gâteau, c’est que deux jours plus tard, nous avons croisé le couple en visite dans Venise et la jeune fille m’a accueilli avec un grand sourire, confirmant que sa phobie de l’avion avait bien disparu pour toujours.

Pour conclure, l’action de l’EFT sur les phobies est toujours impressionnante pour sa rapidité, considérant qu’en psychiatrie classique, l’approche peut prendre des mois voire des années, replaçant progressivement la personne face à sa peur jusqu’à ce qu’elle disparaisse. Dans mon expérience de près de 20 années, il ne m’a toujours fallu qu’une seule séance pour libérer une personne de sa phobie, qui pouvait dépasser les 20 minutes selon le nombre d’aspects que pouvait prendre sa peur (comme pour la jeune fille dans l’avion : la phobie de l’avion, la peur de tomber, la peur d’imploser…).
Aucune analyse ou recherche dans le passé de la personne n’est nécessaire, ni sur ses relations avec son père ou sa mère… les éléments utiles pour la séance surgissant quand c’est nécessaire.

Patrice